Les actions

    Le premier contrat rivière du bassin versant du Vidourle (2013-2018) a été élaboré en partenariat avec le bureau d’étude GINGER. Il comprenait initialement 155 fiches pour un montant prévisionnel de 100 millions d’euros.

    Le contrat de rivière se décomposait en 5 volets :

    • Volet A : Amélioration de la qualité des eaux et diminution de l’impact des rejets (36.4 M€ prévus)
    • Volet B : Optimisation de la gestion des ressources en eau du Vidourle (13.6 M€ prévus)
    • Volet C : Aménagement et gestion du lit et des berges et valorisation du milieu naturel (5.2 M€ prévus)
    • Volet D : Gestion du risque et inondation (43.7 M€ prévus)
    • Volet E : Animation et évaluation du contrat (3.8 M€ prévus)

     

    Volet A : Amélioration de la qualité des eaux et diminution de l’impact des rejets

    Les principales actions qui ont été menées dans le cadre de ce volet sont :

    Des actions sur les dispositifs d’assainissement collectif et non collectif pour environ (33 M€)

    • – 17 communes ont réhabilité leurs réseaux d’assainissement
    • – 18 stations d’épuration ont été réhabilitées ou créées
    • – 12 schémas d’assainissement ont été conduits
    • – 54 dispositifs d’assainissement non collectif ont été réhabilités

    Création de la STEP intercommunale du SIA Vidourle – Bénovie (2016)

    Actions sur les dispositifs d’assainissement réalisées dans le cadre du contrat rivière

    Des actions de réduction des pollutions d’origine agricole et non agricole (2 M€)

    • – Mise en place de 32 Plan d’Amélioration des Pratiques Phytosanitaires et Horticoles (PAPPH) communal 2 PAPPH intercommunal
    • – Réduction de la pollution par les substances prioritaires
    • – Réalisation d’une étude sur l’Evaluation des risques de contamination par les produits – phytosanitaires sur le bassin versant du Vidourle

    Carte réalisée en 2018

    Ces différentes actions et études ont permis de mettre en avant la nécessité de poursuivre le travail engagé par ce premier contrat rivière avec notamment le développement des dynamiques de réduction des pesticides ou encore un projet de lutte contre les pollutions plastiques.

    Des actions de réduction des pollutions par les déchets plastiques : Projet Blue Barrier

    L’EPTB Vidourle s’investit pour la collecte des déchets plastiques avec le projet Blue Barrier

    L’EPTB Vidourle, en partenariat avec le Seaquarium du Grau Du Roi et sur proposition de l’Etat, se positionne en tant que projet pilote national pour l’expérimentation d’un système novateur de récupération des déchets plastiques drainées par les cours d’eau.

    Le projet est développé par la start-up Italienne SEADS (SeaDefenseSolution), qui a mis au point la structure « Blue Barrier » permettant la récupération des déchets flottants et conçue pour être résistante aux inondations et forts débits temporaires.

    Représentation 3D du système BlueBarrier

    L’installation pourrait être mise en place sur la commune d’Aigues-Mortes en amont immédiat de l’étang du Ponant.

    Le choix de cet emplacement est apparu comme le plus judicieux pour optimiser la protection du milieu marin, avec un espace entre les barrières amont et aval suffisant pour ne pas gêner la navigation sur ce secteur.

    Volet B : Optimisation de la gestion des ressources en eau

    Les principales actions qui ont été menées dans ce volet sont :

    – Des actions des substitutions impactant le Vidourle (1 M €) : 4 collectivités ont réalisées ou engagées une substitution de leur ressource

    – Optimisation de la gestion quantitative sur le bassin versant du Vidourle (6,2M€) :

    – ° Réhabilitation et restructuration de réseau AEP sur 7 communes

    – ° Élaboration de Schéma Directeur d’Alimentation en Eau Potable pour 2 communes

    – ° Réalisation de deux études sur les besoins en eau agricole et sur les prélèvements effectués par les Béals

    • – ° Elaboration du Plan de Gestion de la Ressource en Eau (PGRE)effectués par les Béals

     Le SDAGE Rhône Méditerranée Corse 2016-2021 prévoit la mise en place de Plan de Gestion de la Ressource en Eau dans l’objectif de tendre vers un retour à l’équilibre sur les territoires en tension : c’est-à-dire sur les bassins versants sur lesquels le bilan besoins-ressources laisse apparaitre des déficits en eau pour le bon état des milieux aquatiques. A la demande de Monsieur le préfet du Gard, le Comité Rivière de l’EPTB Vidourle, assisté par l’EPTB Vidourle, a élaboré un PGRE sur le bassin versant de 2019 à 2022. A partir de l’Etude Volume Prélevable réalisée sur le bassin versant par l’Agence de l’Eau en 2012, un volume prélevable par sous-bassin versant est définit afin de maintenir un débit indispensable au bon fonctionnement des milieux aquatiques et aux besoins des usages. Ces volumes ont été notifiés par Monsieur le préfet du Gard en 2014 au comité rivière de l’EPTB Vidourle. Les principaux résultats de cette étude sont un déficit marqué de 30% à 100% sur l’ensemble du bassin versant du Vidourle (sauf sur le Crieulon). À la suite de ces résultats un processus de concertation avec l’ensemble des usagers de l’eau a été mis en œuvre de 2015 à 2019 sur le bassin versant du Vidourle afin de définir les principales actions à mettre en œuvre pour réduire ce déficit. Cette démarche de concertation a permis d’identifier plus de 50 actions à mettre en œuvre sur les prélèvements pour l’Alimentation en Eau Potable, l’irrigation sous pression, les prélèvements par béals, l’amélioration de connaissances des ressources en eau et l’accompagnement des usagers. Validé à l’unanimité par le Comité rivière, le PGRE a été approuvé en octobre 2019 par Monsieur le préfet du Gard. Un bilan de ce plan d’action sera prochainement mené en 2022.

       

    Volet C : Aménagement et gestion du lit et des berges et valorisation du milieu naturel

    Gestion des berges, valorisation des zones humides et zones d’expansion de crues

    ·        Etude pour la Zone d’expansion de crue à Orthoux Sérignac Quilhan

    L’EPTB Vidourle a réalisé en 2015, une étude qui a permis un recensement des zones potentielles d’expansion des crues pouvant exister sur le bassin versant (Etude pour l’aménagement et la valorisation des zones d’expansion de crues sur le bassin versant du Vidourle -BURGEAP, 2015).

    Sur les différents sites recensés, l’EPTB Vidourle a souhaité pousser les investigations afin d’aboutir à un projet d’aménagement définitif pour les secteurs situés entre le pont de Sardan sur le Vidourle et le pont de la RD 999 sur le Crieulon.

    Objectifs des aménagements :

    • Augmenter la fréquence de débordement
    • Améliorer le fonctionnement des habitats, des écosystèmes et des zones humides
    • Restaurer un fonctionnement naturel permettant de limiter le risque inondation à l’aval

    L’étude consiste à établir un état des lieux écologique et hydraulique de la zone et comprend notamment des investigations naturalistes, des levés topographiques, des sondages géotechniques et une modélisation hydraulique

    Le projet a été confié au bureau d’étude PHILIA Ingénierie pour un montant de 47 631 €HT

    ·        Travaux de réhabilitations des bras morts

    Dans le cadre de son contrat de rivière, l’ETPB Vidourle a engagé début d’année 2019 des travaux de réhabilitation sur plusieurs bras morts  de la moyenne vallée.

    • Un bras mort en rive gauche sur la commune de Villevielle au moulin de Fontibus
    • Deux Bras morts en rive droite sur la commune de Lecques, en aval de la baignade de Lecques

    Les travaux ont permis de renaturer ces sites à travers des actions spécifiques adaptées et notamment un curage de ces annexes hydrauliques particulièrement envasées.

    Bras mort de Lecques avant travaux
    Bras mort de Lecques après travaux

    Les travaux ont été confiés à la Société Girondine d’Equipement pour un montant de 65 000 €HT

    Amélioration de la continuité biologique

    ·        Effacement du seuil de Bagard

    L’EPTB Vidourle a réalisé des travaux pour l’effacement du seuil de Bagard à Sauve. Ce dernier s’est effondré en mai 2017 et les vestiges instables demeurant dans le lit du cours d’eau constituaient un danger pour le public et une menace pour le pont en contrebas s’ils venaient à être emportés par une crue.

    Le seuil de Bagard avant travaux
    Le seuil de Bagard après travaux

    Les travaux de destruction et d’évacuation des déchets ont été confiés à l’entreprise Guintoli pour un  de 30 000 €HT. Le muret en pierre de l’ancien moulin en rive gauche et les escaliers en rive droite ont été conservés. Le site a ainsi été sécurisé tout en retrouvant un aspect naturel.

    ·        Etude d’effacement sur seuil du moulin d’hilaire

    L’EPTB Vidourle a confié au Bureau d’étude ANTEA en 2019 une étude visant à étudier la restauration de la continuité écologique du Vidourle au droit du seuil du Moulin d’Hilaire à Sommières.

    Seuil du moulin d’Hilaire en aval de Sommières

    Cette étude d’un montant de 15 000€HT a permis de déterminer l’incidence de l’effacement total ou partiel du seuil sur l’écoulement du Vidourle à l’étiage et en crue.

    Plusieurs scénarios d’aménagement sont envisageables mais il reste encore à trouver le bon compromis pour obtenir l’adhésion des propriétaires de l’ouvrage.

    ·        Etude d’effacement des seuils moyenne vallée du Vidourle complété par une étude hydrogéologique captage de Gailhan

    L’EPTB Vidourle a confié au Bureau d’étude ANTEA en 2019 une étude visant à étudier la restauration de la continuité écologique du Vidourle au droit de trois ouvrages de la Moyenne vallée : le seuil de l’ancien captage de Gailhan, le seuil du camping naturiste et le seuil de Mas-Bas, en relation avec le gué de Rauret.

    Seuil de l’ancien captage de Gailhan

    Cette étude d’un montant de 36 000€HT a permis d’étudier plusieurs scénarios d’aménagements pour ces différents ouvrages de l’arasement total à l’équipement.

    Une restauration efficace de la continuité écologique au droit des différents ouvrages étudiés permettra la réouverture d’un tronçon de près de 14 km depuis le seuil du moulin de Montpezat jusqu’au petit seuil du Bosc en amont de Quissac.

    En complément de cette étude, l’EPTB Vidourle a confié au bureau d’étude Hydratis une étude hydrogéologique de l’incidence de l’arasement de l’ancien seuil du captage de Gailhan sur la nappe aux abords du Vidourle. Cette étude est nécessaire avant d’envisager des travaux d’arasement partiel ou total du seuil de l’ancien captage de Gailhan compte tenu de la présence d’un captage agricole à proximité, potentiellement en relation avec le seuil.

    ·        Continuité biologique seuil Aubais Villetelle

    Durant l’été 2020, l’EPTB Vidourle à réaliser des travaux d’amélioration de la continuité biologique sur le pont et le seuil Aubais Villetelle.

    Inauguration de la passe à poisson du seuil Aubais-Villetelle

    Le projet a pour objectif de permettre le franchissement du pont submersible et du seuil pour de nombreux poissons et plus particulièrement les espèces migratrices présentes sur le Vidourle que sont l’Anguille et l’Alose feinte.

    Il comprend la réalisation de deux passes à poissons en rive gauche et de quatre passes à anguilles en rive gauche et en rive droite.

    Le chantier au droit du moulin
    Chantier en aval du pont submersible

    La réalisation des travaux a été confiée à la société Guintoli pour un montant de 752 277 € HT

    Ce projet est financé à 80% par l’agence de l’Eau, 10% par l’EPTB Vidourle et 10% par les départements du Gard et de l’Hérault.

    ·        Etude pour continuité biologique roque d’Aubais (en cours)

    Dans le cadre de l’amélioration de la continuité biologique sur le Vidourle, il a été engagé ces dernières années de nombreux travaux sur les ouvrages obstacles à la migration présents dans le lit du Vidourle. L’EPTB Vidourle fort de son expérience souhaite modifier et aménager les ouvrages présents en amont du dernier tronçon équipé afin d’améliorer la circulation des poissons amphihalins et  diversifier les zones potentielles de reproduction des aloses.

    Une étude va donc être lancée dans l’objectif d’évaluer la nature des travaux à engager sur les seuils et biefs  de la Roque d’Aubais et de Boisseron pour à la fois favoriser la migration et proposer de nouveaux sites de reproduction. Cette étude a été attribuée à la société AQUABIO au début du mois de mai pour un montant de 64 736 €HT.

    Il s’agira ainsi, non seulement de proposer des aménagements pour favoriser la circulation des espèces, mais aussi de rechercher des sites potentiels de frayères qui pourraient être valorisés ou améliorés grâce à la modification de la cote des seuils afin de modifier les écoulements  et ainsi créer des zones de courant de faible profondeur pouvant servir de zones de reproduction.

    Préservation de la biodiversité et lutte contre les espèces invasives

    ·        Enlèvement jussies 2020

    L’EPTB Vidourle a engagé dans le cadre de son contrat de rivière un plan d’action sur plusieurs espèces invasives aquatiques. Un programme de lutte contre la jussie à démarrer en 2014 pour limiter la prolifération de la Jussie et éviter son développement jusqu’à Sommières. Plusieurs tranches de travaux ont été réalisées dont la dernière durant l’été 2020 aux alentours du bras mort de l’Ilette sur la commune de St SERIES.

    Enlèvement mécanique des jussies – été 2020

    Ces travaux ont consisté en l’enlèvement mécanique d’importants herbiers de jussie dans le cours d’eau et ont été complétés par un curage mécanique du bras mort de l’Ilette, colonisé par la jussie.

    Les travaux ont été confiés aux sociétés GECO (enlèvement mécanique) et GUINTOLI (curage du bras mort) pour un montant total de 43 000€HT.

    ·         Lutte contre la Renouée

    L’EPTB Vidourle a engagé dans le cadre de son contrat de rivière un plan d’action sur plusieurs espèces invasives aquatiques dont la Renouée du Japon.

    Celle-ci a pratiquement été éradiquée sur le bassin versant du Vidourle et seule demeure quelques massifs disséminés qui sont éliminés au fur et à mesure par arrachage mécanique ou manuel suivant leur importance.

    Arrachage mécaniques des renouées – 2011

    ·        Elaboration d’un plan de gestion des invasives (en cours)

    Certains secteurs du bassin versant du Vidourle sont colonisés par des espèces invasives animales ou végétales.

    L’EPTB Vidourle a déjà conduit par le passé des actions de lutte contre certaines espèces sur plusieurs tronçons avec une réussite plus ou moins importante selon leur nature et les milieux concernés.

    L’EPTB Vidourle a aujourd’hui décidé d’engager un plan de gestion des espèces invasives sur son territoire basé sur un état des lieux et un diagnostic afin de définir une stratégie selon les tronçons les milieux et les espèces.

    Tortues de Floride
    Ragondin
    Cannes de Provence

    Le projet devra ainsi définir Des objectifs réalistes sur la dynamique locale des espèces visées aboutissant sur une programmation géographique, technique et financière précises des actions à mener.

    ·        Travaux de mesures compensatoires à GLM

    L’EPTB Vidourle a mené durant l’été 2021 des travaux de mesures compensatoires aux travaux de la digue de premier rang d’Aimargues.

    Ces travaux ont été réalisés sur la commune de Gallargues le Montueux, dans le ségonnal entre la digue de Pitot et le Vidourle à proximité du pont romain d’Ambrussum.

    Les aménagements mis en place sont les suivants :

    • – Enlèvement d’espèces invasives dont la canne de Provence
    • – Remodelage des berges
    • – Création d’une mare temporaire
    • – Réhabilitation d’un Mazet en abris à chauve-souris
    • – Pose de nichoirs
    • – Plantation d’espèces locales
    Berge remodelée à Gallargues le Montueux et plantation d’espèces locales

    Les travaux d’un montant total de 260 000€HT ont été réalisés par les entreprises SPIE BATIGNOLES Valerian, l’Office Nationale des Foret et la Compagnie des Forestiers sous maitrise d’œuvre Artelia/Festuca avec l’appui technique de la Ligue de Protection des Oiseaux.

    Le projet a reçu le prix « Victoires de l’investissement local de l’Hérault » catégorie « Réalisations Eau et Assainissement » décerné par l’Association des Maires de l’Hérault et la fédération des travaux publics Occitanie.

    Lien vers le film https://youtu.be/volqOCgUfUE

    Gestion du transport solide

    ·        Désengravement de Sommières (en cours)

    Au niveau de la traversée de la ville de Sommières, Le Vidourle forme un plan d’eau entre deux seuils : le seuil à l’amont de la passerelle des Arènes au Nord et le seuil à l’aval du pont du Romain au Sud qui régule le niveau d’eau.

    Compte tenu de l’état d’engravement de cette portion du fleuve, l’EPTB Vidourle a confié à CISMA Environnement la réalisation d’un diagnostic sédimentaire pour connaître la qualité des sédiments à curer en vue d’une éventuelle réinjection à l’aval et la réalisation d’un plan de gestion des curages basé sur un diagnostic sédimentaire issu de levés bathymétriques.

    Les premières conclusions de l’étude préconisent un curage d’entretien mécanique de 2 000 m³/an selon les apports solides du Vidourle. 200 La majeure partie des sédiments curés pourront être injectés dans le fleuve en aval de Sommières, le reste peut être déplacé puis terrassé sous le pont Romain pour protéger l’ouvrage.

    Un contrôle du clapet à l’aval de la traversée de Sommières pourrait également faciliter le charriage des sédiments lors des crues automnales et ainsi limiter la formation des atterrissements.

    ·        Etude pour la définition d’un protocole d’intervention pour la gestion du transport sédimentaire au niveau des 3 barrages écrêteur de crues du Vidourle

    L’étude sur le transport solide réalisée par le bureau d’étude Champalbert en 2010 a permis d’évaluer le volume de matériaux stockés en amont des barrages de Conqueyrac, Ceyrac et la Rouvière et d’élaborer une stratégie pour favoriser le transport sédimentaire.

    Le barrage de la Rouviere sur le Crieulon

    L’EPTB Vidourle a souhaité réaliser une nouvelle étude dans l’objectif d’établir un protocole d’intervention sur les zones de dépôts sédimentaires présentes en amont des 3 barrages sur la base d’un diagnostic du territoire et d’une bonne connaissance de l’état d’engravement ou d’ensablement des 3 retenues.

    Ce protocole d’intervention devra préciser les accès sur les zones de dépôts, la méthodologie de travail, les volumes transférables, les lieux et les possibilités et les quantités de réinjection à l’aval des ouvrages.

    L’étude a été confiée fin 2020 à la société Dynamique Hydro pour un moment de 48 000 €HT.

     

    Volet D : Gestion du risque inondation

    Ce volet correspond à l’onglet PAPI 2, il est intégré au Contrat de rivière (70% du budget total du contrat de rivière).

     

    Volet E : Animation et suivi évaluation du contrat

    Ce volet correspond à l’onglet FONCTIONNEMENT du contrat de rivière.